Les conventions CIFRE

La journée d'information CIFRE a eu lieu mais vous pouvez consulter le diaporama présenté lors de cette journée.

Le principe tel que défini par l'Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT), est qu'une entreprise confie à un doctorant, en liaison avec son laboratoire, la réalisation d'un projet de recherche qui, en trois ans, doit aboutir à la soutenance d'une thèse.

Cette convention associe donc trois partenaires : un doctorant, un Laboratoire d'accueil et une entreprise.

Les conventions CIFRE sont nées en 1981. En 25 ans, plus de 13 000 conventions CIFRE ont été signées entre des entreprises accueillant des doctorants, via l'ANRT. Les conventions passées avec les Sciences Humaines et Sociales ne sont apparues que dans les années 1990. Si 20% d'entre elles se situent dans les disciplines des Sciences Humaines et Sociales et des Sciences Economiques et de Gestion 2% seulement sont recensées en "Humanités". Ainsi, même si le nombre de conventions CIFRE est en progression, il reste dérisoire comparé à celui des conventions CIFRE acceptées dans d'autres domaines et disciplines. Cependant, le nombre de bourses CIFRE connaît une progression non négligeable dans nos disciplines avec la création en 2005 de la CRAPS (Convention de Recherche pour l'Action Publique et Sociétale) qui a permis aux structures publiques ou parapubliques, jusque-là éligibles, de bénéficier de ce dispositif.

Pour le doctorant, il s'agit d'un contrat de travail de 36 mois. le doctorant a un statut avec un salaire à fixer avec l'employeur mais qui ne peut être inférieur à 23 484 euros annuel (brut).

Les contrats CIFRE doivent obligatoirement être déposés avant la seconde inscription en thèse (9 mois maximum après la première inscription en doctorat).

Pour consulter la liste des projets CIFRE acceptés en 2019, cliquez ici.